header-puto-guyroux

Rétrosaure : Guy Roux Manager 2000 (GBC)

Alors ça y est, l’Euro 2016 a commencé. L’occasion de revenir sur l’une des pièces maîtresses du jeu de gestion footballistique sur Game Boy Color, réalisé avec la complicité de Guy Roux, personnage charismatique et truculent.

Bon alors c’est vrai qu’il n’était pas évident d’imaginer un jeu d’apparence aussi complexe sur une plate-forme à l’écran aussi étriqué, et aux boutons aussi peu nombreux. Pourtant, quand UbiSoft livre ce Guy Roux Manager 2000, le résultat est plutôt convaincant. Avec pas mal d’équipes européennes (généralement deux ligues par pays) qui sont toutes sous licence, et plusieurs modes de jeu, c’est une expérience vraiment sympa qui m’a accompagné partout il y a de ça seize ans.

Le jeu se découpe en plusieurs modes de jeu, qui correspondent au type de gameplay et d’expérience que le joueur veut vivre. Attiré par le côté gestion sans vouloir jouer les matches ? Le mode Président est là pour ça. Le management des finances n’est pas votre fort ? Le mode Carrière est pour vous. Il existe même le mode Entraîneur/Joueur qui synthétise les deux précédents modes, offrant l’expérience intégrale.

 

gfs_52345_2_8   gfs_52345_2_11   gfs_52345_2_5

 

Au niveau de la présentation, le jeu se compose en grande majorité de menus clairs sur un fond à motif, affichant un maximum d’informations possible compte tenu de la résolution très faible de la console. La taille du texte est donc très petite mais le contraste aidant, cela ne pose pas de problème majeur. La navigation se fait très simplement et les menus sont clairs. Les matches eux, sont réalisés à la même manière qu’un Kick-Off en son temps, avec une vue de dessus et des petits joueurs qui se baladent sur un terrain en cinquante nuances de vert. Pour autant, c’est une réalisation efficace qui convient parfaitement à la console et ces phases de jeu sont très sympa à jouer.

C’est d’ailleurs cet habile mélange qui a su me séduire il y a seize ans. Si le mode Président a son charme, il ne permet pas de jouer les matches et se contente d’un compte rendu du match avec une visualisation des actions lorsqu’il y a un tir ou une action importante. On retrouve généralement les mêmes actions prédéfinies un peu tout le temps, ce qui devient vite pénible.

L’aspect gestion est correct sans être trop réaliste. En plus des habituels choix de formation et de stratégies, ainsi que de la composition de l’équipe, il est possible de définir le type d’entraînement de chaque joueur, ainsi que de voir les finances du club. Une fonction très étrange absente du mode Carrière, qui ne sert à rien à part regarder les crédits et débits du compte du club, sans pouvoir interagir avec. Pas une grande perte. Il est même possible de jouer à deux !

La force du jeu est donc ses matches, dans lesquels le joueur joue vraiment. Comme dit précédemment, les parties sont donc vues de dessus, et le déroulé des matches est très rapide et fluide. Les personnages bougent rapidement, et le nombre famélique d’actions possible avec les deux seuls boutons rend l’action réduite à l’essentiel : passes et tirs. Plus le joueur appuie sur la touche en question, plus le coup de pied est puissant, et pour les tirs il est possible d’appliquer un effet de balle même en plein tir, ce qui permet de donner à ses tirs des trajectoires farfelues rendant les parties trépidantes.

 

guy roux   gfs_87162_2_1   gfs_52345_2_2

 

La balle colle au pied des joueurs contrairement à des jeux comme Sensible Soccer, ce qui rend le tout très agréable et les actions s’enchaînent facilement. Il est bien entendu possible de faire des tacles glissés lorsque c’est l’équipe adverse qui est en possession de la balle, et les règles habituelles sont appliquées en ce qui concerne les fautes et coups francs. Cependant, les hors-jeu ne sont pas pris en compte ce qui permet quelques facéties de gameplay.

 

L’astuce de Guy Roux

Salut les amis, c’est Guy Roux. Je vois que vous vous intéressez à mon jeu sur Game Boy Color, c’est vrai qu’il est super, et pas cher avec ça. Je vais être généreux et vous donner un conseil de professionnel pour marquer des buts à coup sûr. Dans mon jeu, les équipes adverses vont toujours essayer de copier la stratégie du joueur, alors vous pouvez tourner ça à votre avantage. En plein match, allez mettre votre gardien de but en tireur de corner dans les options, et récupérez la balle pour l’envoyer en corner de votre côté du terrain. Surprise, le jeu va mettre longtemps à faire venir un joueur car c’est le gardien adverse qui va venir le tirer ! Il ne vous reste plus qu’à récuperer la balle et foncer marquer dans le but laissé vide le temps que le gardien retourne à sa place. Quel idiot cet entraîneur adverse. N’est pas Guy Roux qui veut ! Allez, salut les gars, je dois y aller j’ai une livraison de Cristalline à la porte.

 

Guy Roux Manager 2000 n’est qu’un clone de Kick-Off mis à peu près au goût du jour (de 1999), mais reste un jeu très sympa. Un gameplay simple et arcade mais addictif et rapide – il est possible de faire des mi-temps d’une minute – accompagné d’un petit côté gestion faiblard mais pas idiot pour autant. Faire ses transferts, établir sa stratégie, et gagner des matches avec des scores complètement abusés, c’est ça la magie de ce titre.

Comme quoi, on en aura passé des bons moments avec Guy Roux…

(Dans l’impossibilité de prendre des captures sur la console d’origine, les images de cet article sont tirées de la fiche du jeu anglais sur le site Gamefaqs – le jeu de base est bien en français)

enhaut

Envie de mettre un commentaire ?